top of page

La mécanique du silence. Découvrez un artiste sourd !

Douceur et art du récit pourraient à eux seuls caractériser ce beau film de Brigitte Lemaine, qui raconte comment Pierre Avezard (vacher puis bûcheron, dit « Petit Pierre » ) a sublimé ses infirmités en créant tout au long de sa vie un manège merveilleux, avec les moyens du bord. Découvrez un artiste sourd hors norme : Pierre Avezard.



Une photo en noir et blanc. On voit Pierre Azevard qui a un visage déformé regarder l'objectif. Il porte un béret noir et une chemise d'ouvrier.
Pierre Avezard (C) DR

Synopsis


Qu’est-ce qui a pu animer l’artiste sourd Pierre Avezard (1909-1992) quand il s’est mis à construire, à l’âge de 36 ans, un fabuleux manège mécanique ? Pourquoi a-t-il eu tant besoin de représenter ses congénères et ce qui l’entourait, en découpant des bouts de métal récupérés dans les décharges, qu’il peignait de couleurs vives ? Un monde magique est né grâce à lui, et demeure maintenant à « La Fabuloserie », un musée d’Art brut, voulu par un architecte passionné, Alain Bourbonnais. Un comédien et des enfants sourds nous entrainent sur ce chemin initiatique en langue des signes.


L'avis de la rédaction par Corinne Guerci


Dans cet art dit « singulier », la création ne répond pas à une réflexion intellectuelle ou ne cherche pas à s’inscrire dans une histoire culturelle, mais s’exerce de manière spontanée et souvent très solitaire, en lien avec une vie à l’écart, en utilisant des matériaux de récupération issus de l’environnement proche.

Au rythme doux des figures mécaniques, des chants d’oiseaux environnants dans un paysage bucolique et d’une musique de berceuse, le spectateur du film se retrouve un peu dans la même situation que les enfants accueillis par le guide en langue des signes : il découvre joyeusement la féerie de ce manège, créé par l’obstination tranquille d’un homme inspiré et libre des normes.

Divertissement populaire et intemporel, le manège nous ramène à ce pays intérieur qu’est l’enfance. Tournant sur lui-même et constitué de figures simples, familières, le manège acquiert rapidement une dimension symbolique, l’image de la roue qui tourne, de la vie qui se déroule inlassablement. Ainsi, convoquant notre écoute d’enfant, ce film est aussi un poème de la vie et de la création.



Au centre la photo de Pierre Avezard en noir et blanc. il a le visage déformé. Il nous regarde. Au dessus un bandeau noir en biais. Un logo indique que le film est en LSF. A droit il est noté "Rétrospective Brigitte Lemaine. En dessous de l'image le titre apparait en Orange avec un lettrage faisant pensé à l'industrie. En sous titre il est écrit : L'émouvante histoire d'un artiste d'ard brut : Petit Pierre.
Affiche du film "La mécanique du silence"

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page