Position 2

Handicap et Altérité

par Benjamin Laurent
carre.jpg

A comme Altérité

Et bien voilà. Un an. Un an que le COVID a frappé à notre porte. Un an que l’on observe nos politiques, médecins, infirmières, aides-soignantes se débattre avec ce virus. Un virus dont les conséquences sur les plus vulnérables, les plus fragiles se font de plus en plus sentir. Qui dans son entourage n’a pas une ou plusieurs personnes en dépression ou tenant par un fil si ténu que la question n’est pas « est-ce que… », mais « quand ? ».

C’est bien d’altérité dont il est question.

Depuis un an, cette pandémie nous oblige à repenser le regard que nous portons sur les plus fragiles qui nous entourent et sur nous-mêmes. Depuis un an nous découvrons les failles et les ressources parfois insoupçonnées de nos proches.

Des failles et des ressources qui sont des enseignements sur ce qui fait notre humanité et notre relation aux autres. Un enseignement qui est difficile lorsque les failles qui s’ouvrent sous nos pieds sont soudaines et inattendues. Nous savions depuis longtemps que le système hospitalier était sous-dimensionné pour gérer une crise de grande ampleur.

Qu’en est-il de la psychiatrie ?

Un secteur qui sera pourtant essentiel d’ici peu. Une guerre, pour paraphraser le président de la République, laisse des ruines derrière elle. Dans notre cas, ce ne seront pas des bâtiments, ou des ponts à reconstruire. Les ruines qu’il faudra reconstruire auront des noms tels que dépressifs, anxieux, suicidaires, phobiques...

Au vu de l’état de la psychiatrie en France avant la pandémie comment va-t-on aider les milliers de personnes qui doivent et devront se faire aider pour remonter la pente ? Est-ce qu’un début d’anticipation émerge ? Ne nous trompons pas, des solutions il y en aura. Mais seront-elles à la hauteur ?

Vers qui vont se tourner les personnes en souffrance, quand psychologues, psychiatres et médecins seront saturés et ne pourront plus faire face aux immenses besoins ?

Le début de réponse, vous le trouverez sur les réseaux sociaux, où gourous et prêcheurs de fausse médecine en tout genre fleurissent. Une perspective qui devrait enfin inciter à repenser d’ores et déjà l’organisation des soins psychiatriques en France. Les titres de praticiens doivent être protégés, et les patients clairement informés sur les aptitudes de chacun.

Trop peu de personnes connaissent la différence entre un coach, un thérapeute, un psychologue, un neuropsychologue… Un manque d’informations qui conduit à de mauvais choix, et ces mauvais choix seront auront parfois des conséquences dramatiques.

Cette pandémie va-t-elle nous apprendre à regarder autrement ceux que d’ordinaire nous laissons un peu sur le bord du chemin ?

J'espère que la réponse sera oui...

Définition d'altérité : « la caractéristique de ce qui est autre, de ce qui est extérieur à un « soi » à une réalité de référence : individu, et par extension groupe, société, chose et lieu1,2. Elle s'impose à partir de l'expérience et elle est la condition de l'autre au regard de soi. »

Jackotte -Janvier 2021

Cortex est une plateforme indépendante. Tous nos contenus sont libres d'accès.

Si Cortex vous a été utile vous pouvez nous laisser un pourboire !

Ces "tips" nous permettrons de financer d'autre contenus et l'amélioration de la plateforme.

Cliquez sur le logo pour rejoindre la page tipeee de Cortex !

langfr-250px-Tipeee_logo.svg.png